25 réflexions sur “A Propos

    • Bonjour,

      eh eh, c’est vrai qu’il est toujours intéressant de savoir quel type de personnage énonce des visions de la société qui n’engagent finalement que lui.

      Outre l’article que vous citez (et qui est devenu obsolète depuis longtemps, puisque j’y indique l’âge de mon fils qui a fait bien du chemin depuis ce premier article !) je n’hésite pas à m’exposer dans certaines réponses aux commentaires, notamment dans l’article du 18 février 2014 sur la nécessité de l’automobile.

      Malgré tout, même si toutes ces idées n’engagent que moi, j’aime à penser qu’elles peuvent avoir une visée « universelle », non que je demande à tous de me suivre, mais plutôt que n’importe qui est censé pouvoir avoir cette vision de notre société.

      Pour ces raisons, je préfère que les idées soient au centre de l’intérêt des lecteurs et non ma petite personne qui est ce qu’elle est et qui est importante pour ceux pour qui elle doit l’être, comme chacun de nous 😉

  1. Cela fait un certain temps que je suis votre blog et je n’ai pas le souvenir d’un seul article avec lequel je ne me sentais pas en phase.
    Vous arrivez a mettre en mots ce que je pense mais ai toujours eu du mal a partager autour de moi.
    Merci beaucoup pour ce blog et vivement les prochains articles.

    • Merci pour votre message qui me va droit au coeur !
      Tous les articles sont le fruit de ce qui me trotte au quotidien dans la tête et que j’ai besoin d’accoucher sur « papier » et je suis ravi de voir que je ne suis pas le seul à avoir cette vision de notre société 🙂

  2. Merci pour ces articles très intéressants. Enfin la parole d’un sans voiture et sa vie qui va avec (pas avec la voiture, sans). Nous sommes des millions en France et des milliards dans le monde à ne pas conduire.

    Je vis dans une commune de 20 000 habitants, où la voiture, comme ailleurs, est un fondement de l’organisation urbaine et sociale. Je revendique ma place urbaine et sociale, mais sans utiliser de voiture : défi très instructif, car les sans voiture sont ici communément les improductifs (jeunes, vieux, pauvres, alcooliques, handicapés…).

    Affirmons-nous et remettons en cause l’injonction économique et sociale absurde de la voiture, subie aussi par la majorité des avec voiture(s) : des solutions sont possibles, et elles sont tellement plus belles !

    Rémi, membre de l’AISV (Amicale Internationale des Sans Voiture)

    • Bonjour, merci pour votre message !
      Eh oui, j’habite également dans une commune de 20 000 habitants, et bien qu’on soit dans la première couronne de Nantes et à portée de tous ses transports en commun, la voiture règne en maître ici également, et quand j’amène mon fils à la crèche dans la remorque derrière le vélo, on m’explique parfois qu’il faut laisser « ceux qui vont au travail » passer, sachant que si je suis en vélo, c’est forcément que je me balade.

      Et même au delà de ça, combien de fois est-ce que j’entends en arrivant au boulot (car oui, nous autres sans voiture, on travaille aussi) « quel courage de venir en vélo chaque jour ! », comme s’il fallait être complètement barré pour ne pas utiliser de voiture pour se déplacer.

      Car vous avez bien résumé la situation que j’essaie de mettre en avant ici : que les gens utilisent leur voiture, finalement, même si d’un point de vue éthique c’est gênant, je pourrais dire qu’on a chacun notre éthique et que la mienne ne vaut pas forcément plus que celle d’un autre.
      Mais le problème est que cette société fondée sur la voiture cherche à marginaliser à tout prix ceux qui ne l’utilisent pas et qu’au final, on ne peut plus « ne pas voiturer en paix »

  3. Il faut bien se rendre compte que si nous sommes capables d’accéder aux mêmes représentations sociales (travail, famille, propriété, loisirs, etc…) avec un vélo, alors quelle injustice ! Toute cette vie de stress, d’endettement, de pollution, de défiguration de paysages, d’accidents pour accéder à la réussite. Pôle Emploi, la publicité, Starsky et Hutch, l’Etat, Vinci,… puis-je être assez bête pour les croire et m’y jeter corps et âme ?
    C’est inadmissible.

  4. Des réflexions intéressantes contre la culture voiture. Je vous invite à rejoindre le groupe facebook, « Bagnole en Sortir », auteur de ce blog bien sûr, mais aussi tous les lecteurs avertis… A bientôt.

  5. Bonjour,
    je viens de découvrir votre blog et je dois vous féliciter!
    Autant de bonnes réflexions et avec autant de respects pour les autres usagers (tous modes de transport confondus), je suis scotché (car en voiture, en moto, en vélo… très rapidement le MOI reprend le dessus)
    Je suis en pleine phase de réflexion et d’adaptation à une très prochaine vie sans voiture, (direction le VAE et autolib).
    Mais étant un automobiliste au quotidien depuis mes 18 ans (et 50 cc de mes 14 à 18 ans), j’ai beaucoup de mal à me déposséder de ma voiture (14 ans de voiture et j’ai toujours possédé une voiture).
    Je vie à Paris (Faidherbe-Chaligny) et me rend plusieurs fois par semaine à Boulogne Billancourt.
    J’ai testé durant une semaine le VAE et cela a été un véritable succès, mieux une révélation!
    Je suis en train de finaliser mon achat en multipliant les essais tant l’offre est prospère.
    Je suis également plutôt sportif, je cours 1 à 2 fois par semaine (séance d’une heure chacune).
    Mon temps de trajet en voiture est de 45 minutes à 1h30 aller et rebelote retour (très variable, lundi mardi 45, mercredi 60 puis jeudi et vendredi soir rarement sous les 1h15-30)

    Quel confort d’être au chaud dans ma voiture l’hiver et sous la pluie et au frais quand il fait chaud.

    Quel sentiment de sécurité d’être enfermé et ceinture bouclée…

    Un mendiant tape au carreau je peux faire mine de ne pas le voir,
    Prendre le temps de téléphoner à ses proches quand on est dans les bouchons cela fait gagner du temps on dirait… (Pour finalement ne les écouter que de moitié car concentré ou énervé, car n’oublions pas quand on conduit et que l’on téléphone nous n’avons pas les mêmes disponibilités (réflex de la règle lâchée à rattraper lorsque l’on téléphone et que l’on décrit une situation (exercice auto école, googler moi ça)).

    Qu’est ce que c’est pratique de pouvoir charger sa voiture de courses faites en sortant du travail ou de choses encombrantes que l’on ne peut porter à vélo… oui ça m’arrive tous les jours… (absolument pas je trimbale seulement un ordi portable au quotidien).
    Oui mais voila, été comme hiver, le toit ouvrant est toujours ouvert ou entrebâillé, même par temps de pluie (je vois déjà les détracteurs dire « foutaises s’il pleut tu ne peux pas le laisser ouvert… », qu’à cela ne tienne le toit reste entrebâillé… dans ma voiture)
    Un peu comme un appel à être dehors, un signe sans doute…

    Entre temps lors de quelques trajets de retours, je croise un monsieur très élégant sur un VAE noir, me remontant à chaque feu rouge (quelle frustration quand on est automobiliste que de se faire redoubler par le cycliste que l’on vient de doubler…).
    Arrivant sur les quais le bouchon du feu des tuileries me le fait perdre de vue… Une fois, deux fois… et jamais 2 sans 3…
    Quelle frustration d’être à l’arrêt et de voir les autres avancer…

    Ces derniers mois (hors période scolaire) mes temps de trajets et la lassitude de faire ceux-ci ont pris une proportion qui m’ont motivé à ne plus rester bloqué dans les embouteillages.

    Pire, j’apprends d’un très bon ami (lançant une belle startup dans le domaine de l’e-santé, Betterise, pour lui faire sa publicité) que l’exercice physique (marche à pieds, vélo…) diminue significativement le risque de maladie cardio vasculaire, cancers… (je n’ai plus les chiffres en tête mais suffisamment impressionnant pour me faire cogiter…).

    Moi, très bon vivant de 32 ans, aimant les restos « foodings », les belles montres, roulant en bagnole tout le temps et étant plus proche de cette belle catégorisation BouBour (Bourgeois Bourrins, fans de belles carrosseries, de bonnes viandes et de tout ce qui se boit bonnement) que de Bobos.
    Bref ça cogite, ça fait son chemin.
    Un matin, ensoleillé (ça aide) je loue pour une semaine un VAE.
    Au moment de le louer, on m’explique tout ça, c’est facile, c’est simple, go!
    (ah petite précision le weekend, je suis un fidèle usager du Velib).

    Direction Boulogne-Billancourt, je file de bastille, ça fuse, je respecte les feux (mais si on existe les cyclistes parisien qui s’arrêtent au feu rouge), place de la concorde, trocadero, porte de saint cloud, Boulogne-Billancourt.
    Je pose mon vélo, antivol et me voilà au bureau, sans aucune goute de sueur et avec la satisfaction d’avoir fait un peu d’exercice.
    et me voilà exactement 43 minutes plus tard au bureau.

    Tient revenons en à mon exercice, que je fais 2 fois par semaine, je suis heureux de courir, j’aime ça et je prépare le semi marathon de Stockholm, pour ensuite viser le marathon de Paris, rien que ça.
    Le soir après le boulot, le temps de rentrer je compte une heure, j’arrive souvent chez moi vers 20h30, je me change, je vais courir, je fais mes étirements, douche et je suis opé pour diner avec ma chérie vers 22h30, vous imaginez à quelle point elle apprécie diner à ces heures là…

    Je m’égare…
    aujourd’hui premier jour de Vae je viens de faire 11Km aller et 11km retour, certes assisté, mais je viens de faire 22 bornes de vélo et 86 minutes, presque une heure et demi d’exercice plutôt que 1h30 assis sans rien faire dans ma voiture.

    Je vois aussi ceux qui me diront pourquoi réagir si tard, les habitudes, les mauvaises habitudes, la sensation de posséder pour finalement être en réalité possédé par la voiture.
    Pourquoi pas le 2 roues motorisés, je réponds à cela que je suis 1000 fois plus à l’aise à vélo, on entend les véhicules se rapprochés, notre vitesse est moindres qu’un scooter ou une moto, on a nos pistes cyclables ou voies de Bus (là c’est un autre débat encore mais il y aurait tant à dire…).
    J’ai tenté le scooter, 125cc, ça ne m’a pas plu plus que cela,
    Le permis moto j’en rêve de gosse, mais ma sœur (ex motarde et mon papa ancien motard) a fait une mauvaise chute, plus de peur que de mal, mais pour ne pas inquiéter maman et parce que je suis un bon garçon le projet de permis moto est resté au placard et le restera sans doute…

    Aujourd’hui je me sens prêt à changer, Paris regorge de solutions de locomotions (pour ma part j’exclue totalement Metro et RER qui sont des moyens de transports que je jugerai (vous trouverez que je suis extrême) mais proches de l’insalubrité la plus totale, j’en suis presque navré pour les utilisateurs des lignes les plus mal entretenues de paris, ne parlons pas de la 1 par exemple que j’aime bien prendre de temps en temps…

    J’attends avec impatience de recevoir mon VAE et de vendre ma voiture.
    Décision que je finalise car ma dépendance est ultra forte et il n’existe ni patch ni gomme à mâcher ni séance d’acuponcture.

    Bon je ne vous ferai pas l’argumentaire des coûts d’une voiture et de ce que vous pourriez faire avec cet argent, mais à force d’argumenter avec des proches et amis ne comprenant pas pourquoi je veux pédaler, je me suis promis après avoir revendu ma voiture de faire grandir ma collection de montres… qui à la différence de mon auto, ne perdrons pas de valeur…

    Enfin pour terminer, j’ai la chance d’avoir le choix, la difficulté réside à changer ses propres habitudes et réussir à prendre suffisamment de recul (et de jugeote) pour réussi à passer ce cap.
    Il est certain que pour certains (distances, état de santé, âge…) la voiture reste un outil qui permet de se déplacer simplement.

    En revanche il est certain que le développement et la relance des centres villes passera forcément par le vélo ou autres moyens de transport doux (Vélo, VAE…).

    Petit bonus à mon changement de vie, au lieu de faire mes courses dans un centre commercial en périphérie et à déprimer sévèrement en poussant mon caddy, je fais désormais mes courses autour de chez moi, je fais vivre les petits commerçants des rues autour de chez moi et je fais le marché le dimanche, ça aide à revitaliser des centres villes dont les habitant se plaignent de voir les rideaux se baisser…
    Bonus du bonus, j’ai sympathisé avec plusieurs commerçant et on se rend des services (dépose de clés, colis…).
    Je vois encore certains dire, oui mais lui c’est un tocard de Parisien, dans nos villes à nous on est déjà tous comme ça.
    Pour avoir habiter à Nantes, Toulouse et Reims (tjs en voiture) et bien je vous dirai que je n’ai pas connu ça…

    Je voulais aussi vous faire part d’une initiative drôlement juste et intéressante de la part de la marque Michel & Augustin, qui ont leur siège social à Boulogne et qui ont lancé un projet de diffusion des triporteurs ( http://www.100triporteurs.com/ )
    Pour en avoir croisé quelques uns 🙂
    Mais vous en avez peut être entendu parlé,

    Je vous renverrai un message pour vous faire part de la suite des mes aventures!
    Bonne continuation

    PS: Avec mes sincères excuses pour mes fautes d’orthographes et de grammaire, je n’aurai le temps de faire une relecture minutieuse de mon pavé.

    • Bonjour,

      quel beau changement de vie 🙂

      Il est d’autant plus beau qu’il a été choisi et que c’est votre réflexion et votre prise de conscience qui vous y ont amené, et non un prosélytisme insistant de quelques ayatollah de la petite reine.

      Je ne suis personnellement pas passé par la case voiture et je vois le choix dans l’autre sens : aujourd’hui, mon parcours me permettrait d’aller en voiture au travail ce qui était impensable dans les villes ou j’habitais auparavant (embouteillages), mais je ne choisirai pas cette alternative, le vélo m’étant amplement suffisant puisque j’adapte chaque élément de ma vie à ce type de déplacement.

      Il n’y a rien de compliqué, aucune prise de tête ni aucune focalisation, c’est simplement naturel puisque je n’ai jamais fait autrement.

      Finalement, en voiture c’est pareil, il semble naturel aux gens d’aller à la pompe régulièrement ce qui me semble une contrainte invivable : me reste-il de l’argent sur le compte pour aller mettre du carburant dans mon auto ? Vais-je pouvoir rouler ? Et vais-je pouvoir stationner en arrivant ?

      Mais quand on a ces habitudes et qu’un jour on se rend compte de l’angoisse qu’elles procurent, alors on se rend compte qu’il existe une multitude de façons de se déplacer d’un endroit à l’autre, et qu’il existe même une alternative méconnue de la plupart des automobilistes : se déplacer moins et moins loin.

      C’est ce que vous avez fait en redécouvrant les commerçants de proximité, le tout en regagnant des points de convivialité et de plaisir de vie d’une part, et en permettant à votre quartier de vivre d’autre part, ce qui permettra d’ailleurs à ce quartier de proposer de plus en plus de services de proximité aux habitants tout en rendant la voiture obsolète : un cercle vertueux !

      Bon courage pour votre marathon, j’ai participé à celui de Nantes mais je rassure tout le monde, je me déplaçais à pieds et à vélo bien avant de préparer le marathon et il n’est absolument pas nécessaire d’avoir une telle condition physique pour ne pas utiliser la voiture : de nombreux cyclistes urbains quotidiens ne font pas de sport annexe et se déplacent ainsi sans aucun problème.

      Puis le VAE est effectivement une bonne alternative pour ceux qui sont encore gênés par les distances.

      Et je suis également un passionné de montres 😉

      A bientôt !

      • Quel bel échange Messieurs ! Je n’est que ça à dire…
        Ou éventuellement, j’aimerais souligner cette belle formule : « un prosélytisme insistant de quelques ayatollah de la petite reine. »

  6. Cela fait plaisir de ne pas se sentir seule.
    J’ai renoncé à MA voiture depuis environ 2 ans.
    Je suis dans un processus de réduction de mon empreinte écologique (changement climatique, partage des ressources ..).
    J’habite un village de montagne à 10 km d’une gare sncf et les transports en commun sont limités (transports scolaires en gros, ce qui est déjà pas mal). C’est vrai que j’aimerais que nous soyons plus nombreux à pratiquer de la sorte afin de rendre les sorties plus agréables (voir d’autres personnes pédaler pour aller faire ses courses serait encourageant).
    J’espère pouvoir me passer de voiture jusqu’au bout !

  7. Oh oui ! je ne fais que cela. Ce matin j’ai pu goûter la fraîcheur de l’air et j’ai vu un magnifique faisan (aux abois à cause de la chasse). Lorsque l’on quitte le mode « universel » de mobilité en Europe il faut devenir un virtuose de la temporalité et un hédoniste des petites choses que nous donne la nature. Mon souci, c’est jusqu’à quand, car l’âge ne privilégie pas toujours ce genre de choix.
    Merci d’avoir fait ce blog !

  8. Bonjour,
    Je serais intéressé pour exploiter certaines de vos photos dans un documentaire et je souhaiterais vous contacter afin de vous parler plus en détail du projet. Pouvez-vous me transmettre un email ou un numéro de téléphone sur lequel je peux vous joindre ?
    Vous pouvez me contacter sur contact@tinhproductionfrance.com
    Dans l’attente de vous lire,
    Bien cordialement,
    J. Godard

  9. Bonjour,

    Étudiantes en master 2 d’urbanisme à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, nous prenons part à un atelier de réflexion sur les modes de vie désirés, associés à la mobilité des personnes.

    Dans le cadre de cet atelier, nous cherchons à rencontrer des personnes dont la manière de vivre et de se déplacer se distinguent des modes de vie plus communs. Par exemple, nous recherchons des personnes se déplaçant uniquement en modes actifs (vélo, marche, skate, trottinette…), voyageant beaucoup (backpacking, voyage en camion) ou au contraire réduisant beaucoup leurs déplacements (télétravail, immobilité).

    Nous sommes intéressées par votre mode de vie et votre expérience, pourriez-vous nous accorder un entretien ?

    Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous demeurons à votre disposition pour vous fournir tout complément d’information et vous remercions par avance de votre intérêt !

    Cordialement,

    Sophie, Maeva, Clara, Pauline, Cécile

  10. Merci pour vos billets. Je n’utilise la voiture que pour faire de longues distances (là j’exagère ! disons plus de 40 kms !) ou pour transporter du matériel. On peut même aller à l’aéroport avec son vélo si l’on voyage léger (pas de bagages en soute). MAIS je vis à Nantes. Quand je suis en Limousin – pas dans un bourg – , je ne vois presque pas de vélos. Les gens se servent de la voiture pour faire 100 m (et là je n’exagère pas !). La difficulté pour moi est le fait que ça grimpe beaucoup (bon, dans les descentes, c’est tout bon), et aussi que les automobilistes ne font pas du tout attention aux vélos (et aux piétons) car ils en voient très peu. Quant à l’âge, je suis frappé en Bretagne de voir de très vieux et vieilles faire du vélo, et pas du vélo dernier cri (de ceux qu’on achète puis qu’on met à la benne dès qu’ils sont à plat).

    A Nantes, nous avons par exemple Vélocampus ou encore Place au vélo. Rien de cela en Limousin !

    http://www.velocampus.net/
    http://www.placeauvelo-nantes.fr/

    Sur le vélo et les vélos :

    http://lefenetrou.blogspot.fr/search/label/v%C3%A9los

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s