Quand les cyclistes ne font pas l’effort …

2013-05-22_1107

Voici un phénomène observé alors que je revenais de Saumur en TER ce week-end : 5 crochets dédiés au vélo et pratiquement une voiture dédiée au transport des vélos, et 3 vélos posés gênant la circulation des voyageurs et bloquant même l’accès à une porte.

Un peu plus tard, le contrôleur passera en demandant aux cyclistes de mettre leurs vélos au moins dans l’emplacement réservé les uns sur les autres pour gêner le moins possible si ce n’est aux crochets.

Le vélo est souvent mal pris en compte par les infrastructures et parfois mal accepté par les autres usagers de la voirie et des transports collectifs. Ce genre de comportement n’aide en rien son intégration :

Il montre que le vélo représente une gêne pour l’autre et que le cycliste ne pense qu’à son cas personnel sans se soucier de la gêne qu’il peut représenter.

Savoir s’imposer pour se faire respecter, se faire accepter et être pris en compte est différent de s’imposer au détriment de l’autre et cette scène est semblable aux scènes de voitures garées sur les pistes cyclables.

Publicités

5 réflexions sur “Quand les cyclistes ne font pas l’effort …

  1. Déjà vécu également. Ceci, les emplacements vélos ne sont pas nécessairement les mieux réfléchis.
    Pour peu qu’un vélo ait des pneus un peu trop epais, un guidon plus large que la moyenne, et le voilà en train d’arracher la moitié de la monture de son voisin en l’accrochant et le décrochant…

  2. Je ne veux pas défendre à tout prix les cyclistes, mais pour avoir déjà pris ces TER avec un VTC un peu chargé, il y a un premier problème à enlever ses sacoches pour pouvoir le pendre au crochet et l’autre problème est que le crochet est parfois trop étroit pour des pneus VTT/VTC (ils conviennent uniquement pour les vélos de route).
    Bref, il faut parfois creuser un peu pour connaître la source du problème et il est peut être lié à une inadéquation du mobilier pour vélo. (je ne suis pas sûr que ce soit le cas ici, mais vu la taille des pneus que l’on voit sur la photo, j’ai comme un doute).

    Axel

  3. J’ai indiqué qu’il y avait des crochets au passager qui possède le vélo aux gros pneus, il m’a répondu que les pneus étaient trop gros, je lui ai dit « je pense que ça passe », il n’a pas essayé.
    Après la remarque du contrôleur; il a tenté de mettre son vélo sur le crochet : ça passait.

    Quant aux sacoches, je pense également qu’elles auraient pu tenir sans problème, c’était effectivement l’excuse de ces passagers, là encore, il aurait été bon de tester, avec l’un des deux qui soutient les sacoches « au cas où ».

    Il peut arriver que le vélo ne passe pas, ça m’est déjà arrivé, et effectivement, ces emplacements sont mal conçus, mais la moindre des choses est d’essayer et le cas échéant, de gêner le moins possible, en tout cas selon moi.

    Mais je pense que ce qui m’a le plus marqué est le fait que je rencontre rarement autant de crochets et autant d’espace dans une voiture de TER, étant habitué aux trois habituels crochets dans les voitures bondées de la ligne Nantes – Angers – Le Mans, et de voir cette scène : 3 vélo pour 5 crochets, pas un seul accroché, alors qu’on se plaint du manque de place pour les vélos.

  4. Il faut aussi prendre en compte la difficulté qu’il y a à lever un vélo lorsque les saccoches sont pleines à craquer.
    J’ai été confronté au problème lors q’un voyage à velo, le poids des saccoches empeche de lever le velo, si l’on retire les saccoches on risque de ne pas avoir le temps de descendre lors des arrets qui ne durent que 2 minutes (pour un trajet en train de 10 minutes)

  5. Pour avoir utilisé ces crochets là précisément, pendant presque 4 ans, sur la ligne Angers-Cholet, quotidiennement, j’affirme qu’ils sont parfaitement adaptés à pratiquement tous les vélos pour peu qu’on s’en donne la peine (d’autres, c’est vrai, le sont moins).
    Effectivement, il y a une technique. Il faut pas chercher à soulever le vélo du bout des bras… si on fait comme il faut, n’importe qui peut le faire (j’ai montré de nombreuses fois à plein de gens comment faire parmi ceux qui se plaignaient que c’était ardu et ensuite ils – et ELLES – le faisaient sans problème. Il suffit de bien placer son genou. C’est alors la jambe qui soulève le vélo)
    Quand aux sacoches, effectivement, si elles sont pleines, il faut les enlever. C’est plus embêtant, je le reconnais, mais c’est une question de sécurité de tous que de ne pas mettre son vélo n’importe comment… comme ses bagages d’ailleurs.
    Après sinon, ça induit ce genre de désagréments, nettement plus problématiques, et qu’on apprécie guère lorsqu’on y est confronté :
    http://patatipatatra.canalblog.com/archives/2013/12/29/28783593.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s