Effectuer de longues distances : la multimodalité

train_velo

Je ne le répéterai jamais assez : le vélo est selon moi le moyen de transport le plus adapté pour des distances allant de 1 à 15/20 km, quelque soit son âge ou sa condition physique (sauf problèmes de santé spécifiques).

Il est également possible de l’utiliser au-delà, mais on comprendra que seules les personnes motivées et en très bonne condition physique oseront s’aventurer sur les longues distances.

Il n’est évidemment pas nécessaire d’être sportif de haut niveau pour réaliser de longs voyages, en témoignent les nombreuses familles sur les itinéraires de voyages cyclables tels que la Loire à Vélo, la Vélodyssée ou autres voies vertes dédiées aux mobilités actives.

A titre d’exemple, ma compagne a réalisé un voyage de Nantes à Angers (une centaine de km par la Loire à vélo) en ma compagnie alors qu’elle était enceinte de 4 mois et qu’elle ne pratique pas d’autre sport que le vélo utilitaire.

Malgré tout, des distances supérieures à 20 km peuvent inquiéter la plupart des personnes. Il faut bien avouer également que le vélo peut devenir un inconvénient en terme de temps de voyage nécessaire lors d’un déplacement utilitaire sur ce genre de distances.

Il existe pourtant une solution permettant d’augmenter les capacités du vélo : la multimodalité.

Vélo dans le tram, dans le RER, dans le train, en embarquant son vélo dans les transports en commun, on peut mêler les avantages de l’un aux avantages de l’autre et ainsi parcourir de longues distances sans s’encombrer d’une voiture.

Le vélo assurera les trajets entre son domicile et la gare puis entre les différentes gares selon la longueur du trajet et entre la gare d’arrivée et le lieu d’arrivée, et permettra d’avoir un moyen de transport une fois sur place.

Le train assurera les longues distances à effectuer de gare à gare en permettant au cycliste de se reposer.

Il permettra par exemple à une personne travaillant à 50 km de son domicile mais habitant à 10 km de la gare la plus proche de rejoindre la gare chaque matin à vélo, de prendre un TER et de finir le trajet à vélo.

Je l’emprunte personnellement fréquemment pour me déplacer d’une ville à une autre au sein des Pays de la Loire : un coup de vélo pour aller à la gare à 5 km, un trajet de TER pour aller dans un département voisin et 10 ou 15 km de vélo pour finaliser la distance.

La plupart des TER et trains intercités proposent aujourd’hui d’emmener son vélo gratuitement sans le démonter grâce à des emplacements spécifiques dans certaines voitures voyageurs. Malheureusement, il n’y a bien souvent que 3 places, parfois 6, pour tout un TER alors qu’une dizaine de vélos attendent d’être embarqués sur le quai … On peut parfois s’arranger pour placer son vélo entre deux voitures là où il gêne le moins lorsque toutes les places sont occupées, mais c’est inconfortable et ça risque de gêner les autres passagers.

veloIntercites2-LD2-e1335447494755

Dans les TGV, outre la réservation payante possible d’un wagon spécifique dans lequel on doit abandonner son vélo sans surveillance pendant tout le trajet et sans assurance qu’une place soit disponible, il est également possible d’embarquer son vélo dans une housse homologuée aux dimensions autorisées par la SNCF (ces sacs sont vendus dans les grandes enseignes sportives pour environ 70 €)  : il faudra pour cela démonter les roues avant de placer la bicyclette dans le sac et les remonter à l’arrivée.

Là encore, le problème majeur reste la place disponible : en théorie, on a le droit d’emmener ce sac dans n’importe quel TGV et dans n’importe quelle voiture voyageurs, en pratique, si on n’a nulle part ou déposer le sac, on risque de passer un voyage peu agréable car aucun aménagement n’est prévu pour accueillir des bagages à cette dimension.

La multimodalité se développant de plus en plus et représentant une véritable alternative de déplacement sur les longues distances, il serait peut-être temps d’aménager les TER en conséquence en créant par exemple une voiture en plus pour les passagers avec vélo.

Pour les plus petits trajets et pour les trajets interurbains, sachez qu’il est également possible d’emmener son vélo dans certains tramways et dans le RER francilien : il faut se renseigner auparavant sur les horaires autorisés, en général les plages hors périodes de pointe les matins et soirs de semaine.

Une réflexion sur “Effectuer de longues distances : la multimodalité

  1. Pingback: Effectuer de longues distances : la multimodali...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s